Theme 2014: Où sommes-nous maintenant?

Pendant des siècles, Marrakech s’est imposée comme un carrefour et centre culturel de l’Afrique du Nord. Ses multiples influences rappellent les racines “diverses et poreuses” décrites par le philosophe Edouard Glissant, Marrakech se trouve à un moment important de son histoire : sa situation politico-sociale se combine à une créativité florissante dont l’expression artistique veut stimuler l’ouverture de l’accès à la culture. Nous avons devant nous une fenêtre rare de temps pour cette région et c’est le moment de poser cette question et d’inviter un public plus important à y prendre part d’une façon constructive et esthétique. Depuis la première Biennale de Marrakech en 2004, la Ville Rouge a invité des artistes contemporains du Maroc et du reste du monde avec l’objectif d’établir un festival culturel qui serait l’initiateur de débats et de discussions à travers le prisme des arts. L’édition 2014 de la Biennale est un dialogue entre quatre disciplines : Art Visuel, Littérature, Cinéma et Vidéo, et Art Vivants.

Les commissaires de chaque discipline considèrent le thème “Où sommes-nous maintenant?” et répondent à travers leurs propres perspectives en invitant les participants à exprimer leur approche sur ce sujet.

Le commissaire Hicham Khalidi va créer l’exposition principale où la vaste majorité des œuvres d’art, produites et inspirées par le contexte de Marrakech, est spécifique au site. Les œuvres d’art seront distribuées entre différents lieux du Palais Badii (XVIe siècle), Dar Si Said, qui abrite le musée des Arts Marocains, et l’ancienne banque Al Maghrib au milieu de la place Jemaa El Fna qui reste le cœur spirituel de Marrakech et le principal site de transmission d’un héritage intangible.

Sous la houlette de l’écrivain et auteur de théâtre Driss Ksikès, la discipline littéraire va promouvoir l’accès à un espace public grâce a une série de tables rondes et de conférences performatives, reliant les arts de la scène à la littérature, mais aussi à travers la bande dessinée comme articulation entre art visuel et littérature. Ces événements auront lieu au Théâtre Royal, une salle d’opéra contestée, bâtie à la fin des années 1970 et jamais utilisée comme telle. L’exposition sera aussi ouverte dans un maximum de lieux publics de la ville en fusionnant avec l’exposition d’art visuel de la place Jemaa El Fna.

Les arts de la scène sont organisés par le fondateur d’Alwaln’art, le festival de l’espace public à Marrakech, Khalid Tamer. Il va créer une circulation qui réinvente les relations de l’espace public entre plusieurs lieux de la Biennale, reliant les deux zones où la Biennale va avoir lieu : l’espace plus traditionnel de la Médina et la zone moderne du quartier de Guéliz, le premier lieu établi hors des murailles de la Médina et dont la construction a commencé en 1913. L’objectif principal de cette circulation dans l’espace public est d’inviter spontanément le public immédiat à participer à la Biennale en reliant les principaux lieux.

Cinéma et Vidéo vont prendre en compte des créations contemporaines d’Afrique du Nord en dialogue avec d’autres régions, en particulier l’Afrique sub-saharienne et le Moyen-Orient. Avec la participation du fondateur du festival d’installation vidéo Casaprojecta, Jamal Abdenassar, comme trait d’union entre film, art visuel, et art de la scène, ce sera une partie importante de la présente édition. Les projections de films et tables rondes seront complétées par une carte blanche à la légendaire Cinémathèque de Tanger. En outre, nous mettons en valeur dix projets parallèles organisés et financés de manière indépendante, mais qui ont été sélectionnés par notre Comité Artistique. Nous allons ainsi accueillir différents projets, y compris un certain nombre qui se concentrent sur l’art du son comme moyen de disséminer et diffuser l’art dans un espace public.

Nous sommes très heureux de vous accueillir à la Biennale de Marrakech, et espérons que notre programme va vous stimuler pour répondre à la question “Où sommes-nous maintenant ?” et enrichir notre perspective sur la culture contemporaine dans la Ville Rouge.

ALYA SEBTI, Directrice Artistique MB5